Perturbation en cours

En savoir plus

Lettre ouverte commune contre l'homophobie

Bruxelles - Paris, le 5 juillet 2019 
 
Signataires : Thomas, voyageur victime d’une agression homophobe avec menaces, à bord de Thalys, ce lundi 1er juillet entre Paris et Bruxelles 
 
Virginie, voyageuse s’étant interposée entre Thomas et ses agresseurs, témoin et soutien 
 
Thalys, Bertrand Gosselin (CEO), Charles Bernheim (Directeur des services), Frédérique Delcroix (Directrice du projet d’entreprise) 

Suite au reportage publié par la RTBF ce vendredi soir à 19h30, nous avons souhaité nous exprimer d’une même voix, victime, témoin et transporteur, pour qu’aucune polémique ne naisse de nos témoignages croisés, avec le souhait commun de faire progresser la lutte contre toutes les violences homophobes, dans un respect absolu et protecteur de chacun et chacune.

Les faits  
 
1/Thomas, victime 

J’ai été victime lundi soir à bord d’un Thalys, de menaces homophobes de la part d’autres clients. J’ai été courageusement défendu par une autre voyageuse (Virginie) qui, venant à mes côtés, s’est interposée et a fait s’éloigner les agresseurs. Deux agents de bord sont intervenus pour m’aider, avec une réelle bienveillance.  Avec un troisième agent, ils ont effectué un contrôle du train mais ils n’ont pas retrouvé mes agresseurs. Ils ont prévenu les autorités car ceux-ci m’avaient menacé de violences à l’arrivée. Mais il n’y avait pas d’équipes de sécurité présentes sur le quai. Mes agresseurs, eux, étaient bien là.  Avec mon témoin pour tout protecteur, puis mon mari et nos chiens, nous avons réussi à rentrer chez nous. J’ai écrit à Thalys mardi pour regretter de n’avoir pas été mieux protégé. Mais, même si la procédure n’a pas été suffisante in fine, la bienveillance et le soutien ont bien été là. 
 
2/Virginie, témoin 

J’ai décidé de témoigner pour alerter car j’étais choquée d’avoir assisté à une scène d’une telle violence. J’étais triste d’avoir été la seule à réagir parmi les voyageurs. J’étais sidérée de ressentir un manque de réactivité de la part des acteurs publics, train et sécurité. Je voulais partager que cela aurait pu être très grave. Je souhaitais que ceux qui liraient mon message, à l’avenir, changent eux aussi de siège. Je pense qu’il faut de meilleures procédures dans les trains en cas d’agression comme celle que nous avons vécue. Et que le secours protecteur aux victimes de menaces soit une priorité. 
 
3/Thalys, transporteur 

En 2019, la violence est intolérable et l’homophobie est intolérable, comme toutes les formes de racisme et de discrimination. Ce n’est pas une opinion, c’est un délit. De même qu’une menace n’est pas « qu’une parole », c’est une violence terrible. Nous tenons à dire à Thomas et Virginie tous nos regrets pour ce qu’ils ont vécu et tout notre soutien. Plein. Total. Entier. Et notre soutien plein, total, entier à nos agents, qui ont fait de leur mieux dans des conditions difficiles.  Il ne faut donc pas en rester là. Il y a une suite à écrire ensemble. Se pose la question de toujours mieux accompagner et protéger nos clients, comme d’ailleurs nos agents qui peuvent eux aussi être victimes. Se pose la question de trouver, ensemble, les mots et les bons gestes pour intervenir. Se pose la question de travailler toujours mieux avec les forces de police et de sécurité pour favoriser les prises en charge. Nous portons tous ces sujets, avec nos agents et nos partenaires.

Déclaration commune 
 
Porter sur la place publique une situation d’homophobie n’est pas chose facile car les propos des uns et des autres peuvent être déformés, mal interprétés. 
 
En prenant la parole de façon commune et posée, nous portons plusieurs convictions. 1) Il faut libérer la parole. Car elle est la première arme à notre portée contre toutes les violences.  2) Il faut créer des espaces de dialogue en faveur du respect de tous. Car les solutions s’inventent chaque jour. Ainsi, avec Thomas et Virginie nous avions convenu, dès ce matin, d’organiser ensemble une séquence de travail avec nos agents pour voir comment nous pouvons progresser.  3) Il faut des procédures pour agir efficacement et protéger. Des paroles mais aussi des actes. 
 
Aucune polémique ne doit pouvoir abîmer la seule démarche qui est la nôtre : affirmer le respect de tous, condamner toutes les formes de violence. Ce n’est qu’en ouvrant le dialogue, en partageant chacun nos points de vue et nos difficultés, que nous trouverons ensemble les bonnes approches pour promouvoir une société plus respectueuse et protectrice de la diversité.

Lettre ouverte commune contre l'homophobie

A propos de Thalys

Thalys Map
Thalys contribue depuis plus de 20 ans à rapprocher les cultures et les économies de ses 4 pays européens. En 2018, Thalys a ainsi passé le cap des 7,5 millions de voyageurs annuels.

A grande vitesse, il faut seulement 1h22 pour rejoindre Paris depuis Bruxelles à bord des trains rouges, 1h47 Cologne et 1h50 Amsterdam.

Pionnier du WiFi à bord depuis 2008, Thalys s’est démarqué depuis l’origine par un service d’exception : accueil multilingue, confort ergonomique, restauration de qualité. En 2019, Thalys a été élu service client de l'année.

Depuis décembre 2017, Thalys propose de choisir entre trois niveaux de prestation. Le voyage « Standard » commence dès 29€ (Paris) et 19€ (Allemagne et Pays-Bas). « Comfort » offre un environnement de première classe. Et « Premium » un bouquet de services complet avec le repas servi à la place.

Avec Izy, Thalys propose en outre depuis 2016 une alternative low-cost entre Bruxelles et Paris, avec des trajets d’une moyenne de 2h30, mais 30 % moins cher.

Thalys est depuis 2015 une Entreprise ferroviaire de plein exercice, avec pour actionnaires la SNCB et la SNCF.